papillon

"Il faut que les enfants sachent ce qu'il y a eu AVANT eux"..... sans doute pour que l'on comprenne ce qu'ils sont MAINTENANT...

Cette question, je me la pose...souvent....

Il y'a des moments où, dans le tumulte du quotidien, je fais un break et j'observe ce qui se passe autour de moi.... Il y a mon futur mari, même s'il fait partie de moi depuis 18 ans, il y a ma fille, mon fils....je les regarde.... ils bougent, rient, se chamaillent....mais dans ces instants là, il y a du mouvement mais pas de bruit.... l'impression d'être spectatrice d'une scène de vie comme il y en a dans toutes les familles....  Dans ces moments fuguasses (j'ai pas non plus deux plombes pour réfléchir à tout ça), je me pose la question: quelle aurait été ma vie si UN détail avait été différent ? Quelle aurait été mon destin si je n'avais pas rencontré kiki....

Quel a été l'impact de ce putain d'effet papillon sur ma vie ?

Un battement d'aile de cet insecte peut, parait-il, provoquer une tempête à l'autre bout du monde....

Moi je me demande ce qu'aurait été ma vie si je n'avais pas été dans ce lycée, cette année là....si Kiki n'avait pas choisi ces études supérieures là.....

Si ......Si ça avait été différent, il n'y aurait pas eu cette rencontre, cette histoire, notre histoire.

Il n'y aurait pas eu ces enfants....

On pourrait s'arrêter là mais l'hsitoire de ma vie est une chose... ce que vit ma fille, mon bébé, c'est autre chose....

Si ce foutu papillon avait arrêté de battre ses ailes 2 secondes, est ce que nous en saurions là ? Est ce que Charlize serait la même? Plus ça va et plus j'accepte de me dire que notre présent ne serait pas celui qu'il est si son début de vie avait été autre....

Un jour j'ai voulu un enfant....un bébé....que j'imaginais, comme toutes les autres mères : "parfait"....

Ce bébé s'est installé très vite.... Je n'ai pas attendu plus de 3 semaines... J'ai eu de la chance, j'en ai conscience...

Je rêvais secrètement d'avoir une fille.... A la 2ème écho, le 29 juillet 2005, j'ai su que mon rêve allait être réalité...

Tout s'est bien passé...une grossesse idyllique, (si on omet les dizaines de kilos pris), je n'avais pas de diabète, j'étais épanouie et pour la première fois de ma vie j'étais fière.... J'attendais un bébé alors que j'étais convaincue depuis petite que je n'en aurais jamais la capacité physique. J'ai couvé ce petit être pendant 8 mois, l'imaginant "bébé parfait".... et pour moi le bébé parfait c'était un gros bébé, joufflu, sans cheveu et qui tétait sa mère....

A la dernière écho, j'ai entendu cette phrase " votre bébé est en dessous des courbes....et vous voyez là : ce sont ses cheveux".....

J'ai dû prendre un air défait puisque l'échographe a tenté de me rassurer "mais vous savez un bébé menu ce n'est pas une mauvaise chose"....Mais pour moi un bébé menu c'était un bébé fragile, un bébé en mauvaise santé....

Je crois que la désillusion a commencé là...à ce moment précis....mon bébé cadum n'allait pas être le bébé pub que je m'étais imaginé....

A 8 mois, ma crevette a été pressée de sortir....

J'allais rencontrer celle dont je rêvais depuis des mois et qui allait me faire devenir mère....Elle était là...ma fille....différente de l'image que je m'étais faite....

Allais-je être à la hauteur?

Aujourd'hui encore...je me pose la question...sans jamais entrevoir la réponse.

Depuis le début, la vie réserve des surprises.... pas toujours très heureuses...Depuis toutes ces années, j'ai appris qu'elle ne se serait jamais là où on l'attend... Elle m'a fait grandir...d'un coups...sans doute beaucoup trop adulte pour une si petite bout de gamine.... Le cerveau d'Einstein dans un corps d'enfant...

Dans notre histoire il y a du rose, du bleu et parfois du noir.... Mes tripes se tordent à chaque fois que j'y repense... Elle est ma vie, mon sang, mes bonheurs et mes douleurs... elle est apparue il y a 9 ans exactement...

Le 8 novembre 2005, à 23h40, une tornade est survenue sans crier gare... Elle a tout bousculé.... La vie ne l'a pas toujours épargnée...

Le papillon a sans doute battu des ailes une ou deux fois de trop....